PAIHIA – BAY OF ISLANDS

Dimanche 20 novembre – 06h00

Nous nous réveillons paisiblement après avoir passé une nouvelle nuit assez fraîche.
L’endroit est calme et plutôt agréable, donc nous y restons quelques heures, en profitant du soleil.
Le camping étant doté de douches chaudes, nous prenons également le temps de nous y prélasser, en appréciant grandement ce confort.
Puis, nous quittons le camping aux alentours de 11h15, direction le centre de Paihia.

Camping tente

Nous prenons le temps de profiter de l’endroit avant de repartir

La faim se faisant ressentir, nous nous arrêtons en cours de marche pour prendre notre déjeuner. L’endroit que nous choisissons est quelque peu isolé, situé entre les rochers qui longent l’océan. L’eau, d’un bleu cyan et transparent, vient quasiment nous lécher les pieds, tandis que de belles îles à l’allure sauvage nous font face. L’endroit est superbe !
Nous avons encore quelques difficultés à apprécier pleinement le début de notre voyage, ayant probablement besoin d’un temps d’adaptation, mais là, à cet instant précis, nous nous sentons vraiment bien. Nous apprécions vraiment le moment, heureux de se trouver ici.

Pause Bay of Islands

Pause déjeuner !

Puis, après avoir contemplé le panorama tout en ayant prit le temps de manger (des pâtes), nous allons visiter la petite ville de Bay of Islands.
L’endroit est super joli et bourré de charme, avec sa plage de sable blanc, ses petites rues bordées de boutiques, son parc verdoyant, et un horizon où se dessinent de belles îles arborées.

Nous retournons ensuite au niveau de la librairie afin d’utiliser de nouveau la wifi.
Cette fois-ci, nous prenons un peu plus de temps pour regarder les annonces de voiture. Nous nous attardons sur une Mitsubishi Lancer qui semble nous correspondre, mais elle se situe à Whangarei, environ cent kilomètres au Sud.
Nous ne sommes pas encore certains de vouloir acheter une voiture, donc nous mettons l’annonce de côté, en attendant de nous décider.

Avant de nous remettre en marche, nous nous autorisons un petit plaisir. Vincent va nous chercher deux boules de glace chacun, que nous savourons avec bonheur !

Nous remettons nos sacs à dos avec soin avant de reprendre la route, en direction du Nord.
Après avoir dépassé le camping de Paihia, nous marchons sur le bord d’une route agréable et peu fréquentée, où nous longeons un immense terrain de golf durant environ deux ou trois kilomètres. Puis, ce dernier laisse ensuite place à de superbes paysages, nous laissant découvrir une Nouvelle-Zélande magnifique et verdoyante.
Une route de terre et de graviers prend ensuite le relais, donnant beaucoup de charme et de beauté à l’endroit.

Panorama Bay of Islands
Bay of Islands Te Araroa

La marche est vraiment agréable, mais il commence à se faire tard et il est temps de trouver un endroit où poser notre tente pour la nuit.

Nous voyons une forêt un peu plus loin et décidons de nous y engouffrer.
Le chemin que nous empruntons est marqué par les traces d’un bulldozer et est difficilement praticable par endroit. La terre est gorgée d’eau, et nos pieds s’enfoncent dans la vase tandis que nous tentons d’avancer. Mais nous persévérons durant plusieurs mètres et parvenons à quitter le sentier pour s’enfoncer un peu dans la forêt.
Quelques minutes plus tard, nous trouvons un endroit à peu près plat où il y a tout juste la place d’y mettre notre tente.

Vincent monte le campement et prépare nos couchages pendant que je photographie la forêt (et notre emplacement) sous tous les angles.

Nous mangeons ensuite notre dîner habituel, constitué de barres de céréales et de quelques fruits secs, avant de nous coucher, vers 20h30.

Camping en forêt

Notre tente, camouflée dans la forêt

Forêt Nouvelle-Zélande

Dimanche 20 novembre – 06h30

Tous les oiseaux de la forêt semblent se réveiller en même temps que nous, leur chant s’élevant dans la forêt parmi les arbres silencieux, tandis que nous ouvrons les yeux.

J’ignore si c’est parce que nous commençons à nous y faire, mais, bien que les nuits soient toujours aussi froides, nous dormons mieux et nous nous réveillons un peu moins souvent.

Nous nous préparons tranquillement en prenant un thé en guise de petit-déjeuner, avant de nous remettre en marche dans les environs de 08h30.
Le soleil est déjà haut dans le ciel, et ce dernier est d’un bleu profond et sans nuage. La journée s’annonce belle et intéressante, nous avons tous les deux hâte de continuer notre avancée.

Nous longeons toujours une route, où le bitume finit par reprendre sa place, et les paysages que nous découvrons au fur et à mesure que nous marchons sont de plus en plus beaux.
Nous sommes entourés de champs, de prés et de prairies sauvages, rendant l’endroit particulièrement verdoyant.
La route, entrecoupée de lignes pointillées, se déploie sous nos yeux sur plusieurs centaines de mètres et semble se diriger tout droit sur les montagnes qui nous font face.
L’horizon qui se dessine au loin, parsemé de monts et de forêts, semble nous appeler.

Route Nouvelle-Zélande
Route Nouvelle-Zélande

Nous marchons dans ce paysage durant environ dix kilomètres avant d’atteindre les Haruru Falls, des chutes d’eaux situées aux abords de la Waitangi Forest.
Nous nous y arrêtons environ quarante cinq minutes, en nous détendant, les pieds dans l’eau.

Haruru Falls

Les Haruru Falls

Il y a un sentier de marche d’environ six kilomètres qui traverse la forêt de Waitangi, et nous décidons donc de l’emprunter.
Nous nous promenons d’un pas tranquille, en prenant le temps de regarder ce qui nous entoure, et en photographiant les endroits que nous traversons.

La forêt est très belle et nous la trouvons très agréable à parcourir.
Les arbres nous entourent et nous surplombent sur plusieurs kilomètres, tandis que nous pouvons observer les nombreux oiseaux qui s’y trouvent, couvant leur progéniture bientôt adulte. Puis nous franchissons des pontons de bois, marchant ainsi au-dessus de plans d’eau dans lesquels des arbres poussent paisiblement, les pieds totalement immergés.
Les paysages continuent de se succéder, nous faisant traverser lac et forêts.

Waitangi Forest
Pont Waitangi Forest

Mais, après environ trois heures, nous arrivons à la fin du sentier et, en sortant de la forêt, nous nous rendons alors compte que nous sommes revenus au tout début du golf, celui-là même que nous avons longé la veille.

Nous sommes alors dépités, nous venons de faire une boucle de quinze kilomètres…
Et, pour couronner le tout, nous n’avons plus d’eau depuis plusieurs heures. Nous pensions pouvoir faire le plein à la prochaine ville (ou au prochain village) que nous allions traverser, mais c’est peine perdue (l’eau disponible dans les alentours n’étant pas potable).

N’ayant plus d’eau pour nous faire à manger, nous mangeons donc nos deux dernières barres de céréales, quelque peu blasés par la situation.
Il nous faut nous réapprovisionner en eau et en nourriture, et nous devons ainsi prendre une décision face aux deux choix qui se présentent à nous : retourner sur nos pas et parcourir de nouveau les dix kilomètres qui nous séparent de la prochaine petite ville (proche des Haruru Falls), ou retourner à Paihia pour refaire le plein, tout en sachant qu’il sera ensuite trop tard pour repartir à pied.
Nous en discutons un bon moment, assit à la lisière de la forêt, en pesant le pour et le contre. Et, sur le coup, plutôt frustrés d’être revenus au point de départ, nous n’avons pas très envie de refaire les kilomètres que nous venons tout juste de parcourir, ni de reprendre la marche durant trois heures, sous un soleil de plomb et sans eau.

Une fois notre décision prise, nous nous remettons en route, direction Paihia.
Nous repassons ainsi devant le camping où nous avons dormi samedi soir, et décidons d’y retourner pour y passer une nouvelle nuit.

Le fait d’y réserver une place nous permet de pouvoir laisser nos sacs à l’accueil le temps d’aller faire nos courses.
C’est la première fois, depuis le début de notre voyage, que nous marchons sans nos sacs sur le dos et, bien qu’ils ne soient pas particulièrement lourds, c’est très agréable de se retrouver sans.

Nous allons ainsi faire nos courses, appréciant  la sensation de légèreté que nous procure l’absence de sacs. Puis, pour nous apporter un peu de réconfort et de plaisir, nous nous autorisons un petit achat : une tablette de chocolat et des biscottes. Ça changera de nos repas habituels, composés exclusivement de pâtes et/ou de barres de céréales.

De retour au camping, nous montons de nouveau notre tente au bord de l’eau en profitant, cette fois-ci, de l’absence de vent (ce qui ne manque pas de faire plaisir à Vincent !).

Et, quand vient enfin le moment de manger, nous savourons comme il se doit nos morceaux de chocolat accompagnés d’un thé et de biscottes.
C’est un moment extrêmement simple mais il nous fait du bien, la nourriture étant notre grand plaisir à tous les deux.
Ce n’est pourtant quasiment rien, mais ça reste très agréable, et nous en profitons.

Et n’hésite pas non plus à nous laisser un petit commentaire 😀

3 réponses
  1. Sandrine
    Sandrine dit :
    Supers jolis les endroits que vous avez parcourus.
    Alors oui vous avez fait une grande boucle (ça m’a bien fait rire, désolé !! ^^), mais ce n’était pas inutile : Ca a dû être quand même une belle balade agréable dans de très beaux paysages. Enfin de vraies étendues de nature verdoyante ! Même si je comprends la déception à la sortie de la forêt, et surtout sans eau…

    « Vincent monte le campement et prépare nos couchages pendant que je photographie la forêt […] nous montons de nouveau notre tente au bord de l’eau en profitant, cette fois-ci, de l’absence de vent (ce qui ne manque pas de faire plaisir à Vincent !) »
    Si je comprends bien, c’est ta Bounoute qui est chargé de monter la tente ?? HaHa !

    Je pense que vous commencez aussi à mieux dormir, avec le stress du départ et de l’arrivée qui retombe, mais aussi l’adaptation au décalage horaire !?
    Vous pouvez enfin commencer à apprécier pleinement votre voyage maintenant que vous avez un peu mieux vos repères et « habitudes ».

    Et oui, une barre de chocolat c’est pas grand chose, mais ça fait partie des plaisirs simples de la vie. De ces plaisirs que tu redécouvres lorsque tu élimines tout ce qu’il y a de superficiel dans ton quotidien 🙂

    Et sinon, ta photo sur la route est super sympa, tout comme celle de Vincent sur le bord de route. Mais en voyant la tienne, désolé (encore) je n’ai pas pu m’empêcher de rire ! Je t’imagine trop, toute contente à faire ta pose ;-p

    Encore un article très intéressant, et bien illustré. Vivement la suite !

  2. Lionel et Ghislaine
    Lionel et Ghislaine dit :
    Coucou les baroudeurs. Vraiment très sympa vos articles.On comprend à travers vos récits que ce n’est pas toujours cool. Surtout les moments de trouver un endroit discret et au calme mais bon dans l’ensemble c’est super sympa.
    Ce qui me surprend le plus, c’est l’heure à laquelle vous vous levez, 6h30 c’est tôt :D.
    Je rejoint Sandrine, les photos de vous deux sont vraiment belles et je la rejoint aussi t’imaginant au milieu de la route faisant la « Belle ».
    Dommage d’avoir tourner en rond pendant 15Kms, mais en même temps vous auriez pas vu tous ces beaux paysages. Ce n’est malgré tout pas du temps perdu. Le seul problème c’est de ne plus avoir d’eau. Ca aurait pu devenir plus problématique. Vous avez fait le bon choix de revenir au point de départ.
    Bon je vais faire le Daddy protecteur et surtout soucieux de ce que vous manger. Même si Sandrine vous dit que ça fait partie des plaisirs simples de la vie, il faut penser aussi manger de quoi tenir dans le corps.
    Faites nous encore rêver.
    Nous attendons avec impatience la suite de ce super tour du monde.

    Gros Bisous de nous deux

  3. Maëva & Vincent
    Maëva & Vincent dit :
    & : Merci pour vos commentaires, ils nous font plaisir 🙂

    En effet, la boucle de 15 kilomètres nous a un peu dépité sur le coup, mais nous sommes contents d’avoir vu tous ces beaux paysages !
    Pour la nourriture, c’est vrai qu’au début nous ne mangions pas énormément, mais ça suffisait en tout cas pour qu’on tienne bien toute la journée. Et, depuis, avec la voiture, on peut se permettre de manger plus et un peu mieux (puisqu’on n’a plus besoin de faire attention au poids qu’on porte).

    C’est vrai que pendant notre voyage on se lève assez tôt. Maintenant ça tourne plus autour de 7h30 ou 8h00, mais au début comme on se couchait très tôt, on se réveillait tôt aussi :p

    Quant à la tente, en règle générale on la monte ensemble, mais c’est vrai qu’il arrive que ce soit juste Vincent ^^ (mais elle est rapide et simple à monter, en 5 minutes c’est fait)

    Merci de nous suivre et de nous lire !! 🙂
    Bisous

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.