L’AVENTURE CONTINUE : TROISIÈME JOURNÉE

Samedi 19 novembre

Ça y est, nous avons campé dans la nature pour la première fois en Nouvelle-Zélande ! Nous avons fait notre premier « bivouac sauvage » !
La nuit a été très fraîche (et même froide en fait), ainsi que plutôt inconfortable. Nous  n’avons pas très bien dormi, en nous réveillant à plusieurs reprises, mais ça ne nous dérange pas, ça fait partie de l’aventure !

S’en est suivie notre première douche dehors. Enfin, surtout pour Vincent !
Le ciel est couvert, il ne fait pas chaud (environ 13 degrés) et l’eau, qui jaillit d’une douche de plage, est froide. Je passe donc mon tour, tandis que Vincent, saisissant son courage à deux mains, se mouille entièrement.
De mon côté, je tente finalement une approche, mais l’eau est vraiment froide, et, après moult hésitations, je me contente de seulement laver mes cheveux.

Douche de plage Nouvelle-Zélande

Un réveil en fraîcheur !

Puis, une fois rhabillés et à peu près réchauffés, nous reprenons la marche et atteignons la route principale, qui traverse des champs et des forêts.
Souhaitant, encore et toujours, avancer à travers la nature, nous tentons une traversée en passant par les champs, mais le sol est quasiment impraticable. Les herbes hautes nous empêchent de distinguer précisément où nous allons, et la terre, sous nos pieds, est imbibée d’eau. Nous nous y enfonçons à chacun de nos pas, tandis que nos pieds sont de plus en plus trempés.
Quelque peu déçus, nous décidons alors de rebrousser chemin pour aller faire du stop le long de la route.
Nous patientons un peu avant qu’un homme s’arrête et nous dépose environ quinze minutes plus loin, où nous attendons de nouveau, le pouce levé.
Les minutes passent tandis que les voitures défilent devant nous, et la seule personne qui finit par s’arrêter ne va pas vers le Nord.

Après quinze bonnes minutes d’attente, nous nous mettons donc en marche.
Ce n’est pas particulièrement agréable puisque nous longeons une route très fréquentée mais, au bout d’un certain temps, nous croisons un panneau indiquant un sentier de marche.
Satisfaits, nous décidons alors de l’emprunter et le chemin s’avère très beau et luxuriant. Malheureusement, ce dernier longe également la route, et les nombreuses voitures qui se font entendre lui retirent une bonne partie de son charme.
Nous espérons alors qu’il va continuer sur plusieurs kilomètres et s’éloigner de la route mais, dix ou quinze minutes plus tard, le sentier nous mène sur le dessus d’un pont et se termine ici. Nous sommes déçus…

Nous nous remettons en marche et, quelques instants plus tard, nous apercevons un parc très boisé. Il s’agit d’une petite forêt qu’il est possible de traverser via un sentier. Nous nous y engageons, en nourrissant de nouveau l’espoir de pouvoir progresser vers le Nord en s’entourant de nature.
Le petit sentier est très agréable, mais il nous mène à la lisière d’un champ qui semble être un jardin. Apparemment, le sentier n’est pas encore tout à fait balisé et il s’arrête donc là.
Un peu lassés, nous prenons notre pause déjeuner ici.

Sieste Vincent

Première sieste de Vincent en Nouvelle-Zélande, avant de reprendre la marche

Comme il n’est finalement pas possible de continuer notre marche dans la bonne direction, nous faisons demi-tour et revenons à notre point de départ, à l’entrée de la forêt.
Nos tentatives d’avancer vers le Nord à travers la nature et/ou via des sentiers n’aboutissant à rien, nous décidons de retourner au bord d’une route principale afin de refaire du stop.

Cette fois-ci, nous marchons au moins vingt minutes avant qu’une voiture s’arrête.
Un couple super sympa nous fait monter : Noëllia, une Espagnole et Sean, un Australien. Noëllia a rejoint Sean en Australie il y a trois mois et ils sont actuellement de passage en Nouvelle-Zélande.
Il y a quelques années, Noëllia a voyagé comme nous, en faisant du stop, et elle est donc super contente de pouvoir rendre la pareille.

Nous sommes vraiment chanceux car ils vont à 150 kilomètres au Nord. Nous tentions d’atteindre Whangarei mais ils se rendent un peu au-dessus, à Paihia (au niveau de Bay of Islands), ce qui est donc encore mieux ! (Vous pouvez cliquer sur le nom de la ville pour voir où elle se situe)
Nous passons deux heures en leur compagnie et ils s’avèrent être vraiment très sympas. Nous apprenons qu’ils vivent à Sydney. Noëllia donne des cours d’espagnol et Sean travaille dans la radio, où il prête sa voix dans les publicités. Nous avons même le droit à une démonstration (qui a le mérite de tous nous faire rire) !
Une fois arrivés à destination, nous échangeons nos coordonnées avant de se dire au-revoir, entre deux remerciements.

Paihia est un bel endroit très agréable. Nous sommes en bord de plage et la petite ville a beaucoup de charme.
Mais il est environ 16h30 et nous n’avons pas trop le temps de visiter. Le camping étant expressément interdit à de nombreuses reprises, nous devons trouver un autre endroit où dormir.

Nous nous rendons alors dans le parc de la librairie afin de se connecter à la wifi gratuite et illimitée.
La librairie est très belle et le parc est particulièrement agréable.
Nous nous installons sur un banc et commençons nos recherches en profitant du soleil.

Librairie Bay of Islands

Arrêt à la librairie pour chercher un camping

Trouver un endroit où se dissimuler semble trop difficile pour cette nuit, et nous nous penchons donc sur les campings environnants. Celui que nous trouvons, situé à environ vingt minutes de marche, nous semble un peu cher (pour simplement poser une tente), mais c’est le seul que nous voyons.
Le prix est normalement de 18 $ (11,90 €) par personne, mais nous trouvons une réduction de 1,50 $ (par personne) en réservant directement sur Internet.  Ce n’est pas grand-chose, mais c’est toujours ça de gagné. Quelques minutes et 33 $ (21,80 €) plus tard, un emplacement nous est réservé dans le camping de Paihia.

Nous prenons ensuite quelques minutes pour regarder les annonces de voiture.
En arrivant en Nouvelle-Zélande, nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre. Nous ignorions totalement si nous allions vouloir traverser le pays à pied, en vélo ou en voiture. Nous avons décidé que nous allions tout simplement voir ça sur place, au fil des jours ou des semaines.

Et, bien que nous nous soyons bien sûr renseignés sur la Nouvelle-Zélande avant d’y venir, nous n’avions réellement conscience ni des distances, ni des endroits que nous allions traverser, ni même réellement de la superficie du pays tout entier.
Nous connaissons sa taille, son climat ainsi que ses points d’intérêt (selon nos goûts), mais nous n’avons pas cherché à planifier notre voyage avec précision. Le fait de se tracer un itinéraire minutieux et détaillé ne nous intéressait pas.
Nous aurions pu partir avec plus de préparation, plus d’organisation, nous facilitant peut-être une avancée à travers la nature, mais l’inconnu et l’aventure nous plaisent et nous attirent plus encore.

Suite  à ces trois journées, nous nous rendons ainsi compte que traverser la Nouvelle-Zélande en étant quasi constamment entouré de nature s’avère moins accessible que ce que nous nous étions imaginé. Et, comme nous réalisons également que parcourir ce pays en faisant principalement du stop n’est pas ce qui nous convient le mieux, nous commençons donc à réfléchir à l’achat d’une voiture.

Nous survolons alors quelques annonces de voitures et, bien que certaines semblent intéressantes, nous ne prenons pas spécialement le temps de nous attarder dessus. Nous souhaitions surtout nous faire une idée des prix et des voitures afin de savoir à peu près ce qu’il nous serait possible d’acquérir.

Puis, l’après-midi touchant à sa fin, nous nous remettons en marche pour nous rendre au camping.
Vingt minutes plus tard, nous choisissons un emplacement au bord de l’eau et montons notre tente malgré le vent.
Nous nous préparons de nouveau un thé bien chaud avec des barres de céréales, que nous prenons le temps d’apprécier.

Ce soir encore nous sommes fatigués, et il est environ 20h00 quand nous nous endormons.

Camping tente Paihia

Et n’hésite pas non plus à nous laisser un petit commentaire ! 😀

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.