LA NOUVELLE-ZÉLANDE : L’ENVERS DU DÉCOR

S’il y a bien une chose que nous ne pouvons retirer à la Nouvelle-Zélande, c’est sa beauté.
Ce pays est magnifique, avec ses forêts luxuriantes, ses plages idylliques de sable blanc, ses plaines verdoyantes à perte de vue, ses lacs aux couleurs incroyables, ses superbes et nombreux volcans, son activité géothermique impressionnante, et j’en passe… !

La nature, abondante, est parfois incroyablement belle.
A plusieurs reprises, nous nous sommes retrouvés en admiration devant des paysages ou des lieux regorgeant de beauté et de sérénité !

Kaikoura

Kaikoura

Mais (malheureusement, il y a un “mais”) soyons sincères, et oublions l’idée d’un endroit parfait. Oublions l’image du pays idyllique que tout le monde lui donne au-delà des frontières. Oublions les innombrables louanges qui lui sont faites à travers le monde.

Oublions une bonne partie de ce qu’on nous dit sur la Nouvelle-Zélande, car une majorité est malheureusement fausse, erronée, exagérée…

Il est dit, au travers de nombreux livres et articles, que la Nouvelle-Zélande est un pays parfait, en totale harmonie avec la nature et les animaux, où l’environnement est respecté à sa juste valeur (si ce n’est même “idolâtré”) et où le sport, omniprésent, occupe tous les esprits.

En tant que grands amoureux de la nature et des animaux,  nous avions particulièrement hâte de visiter ce pays. Nous pensions trouver un lieu en harmonie avec notre vision de la vie. Et nous pensions alors que nous serions ici à notre place, dans notre élément, entourés d’une nature luxuriante et d’un peuple en amour devant cette dernière.

Mais la réalité a été bien différente et ce fut une douche froide pour tous les deux.

La nature est bel et bien présente (fort heureusement !) mais la mentalité qui règne est loin de celle qui est nous est décrite et rabâchée de l’autre côté du globe.
__

Pour commencer, et c’est ce qui nous a le plus dérangé (et souvent même révolté !) :  il n’y a aucun respect pour une bonne partie des animaux. Certains sont mis en avant et très respectés (comme le très fameux kiwi) mais un grand nombre ne l’est absolument pas.

– La nature et les animaux sont utilisés à but touristique. Ainsi, il n’est pas rare de voir des panneaux indiqués des colonies de phoques ou de manchots mais, par contre, il n’y a pas toujours de quoi les protéger des touristes une fois sur place, ce qui a parfois des conséquences graves (voire mortelles !). Comme pour les manchots par exemple qui, effrayés, n’osent pas revenir sur la terre ferme (ou, à l’inverse, n’osent pas aller dans l’eau) et sont ainsi dans l’incapacité de nourrir leurs bébés qui finissent par mourir de faim…
(Et bien malheureusement, nombreux sont les touristes qui s’en fichent éperdument et qui veulent uniquement ramener “une super photo de manchot”. Les conséquences et le reste, ça ne semble pas les concerner…)

– Les chiens sont interdits dans énormément d’endroits (même en ville) et ne sont pas toujours bien vu.

– Il y a un attrait très dérangeant et (à notre sens) tout aussi malsain envers la chasse et les animaux morts. De nombreux magazines prônant fièrement des cadavres d’animaux (cerfs, sangliers, etc…) sont souvent mis en avant dans les magasins et bibliothèques. De plus, nous avons malheureusement eu l’occasion de nous retrouver garés à côté d’un pick-up dans lequel trois sangliers gisaient, fraîchement tués. Etant sur un ferry, nous ne pouvions changer de place…  et nous avons alors assisté à un défilé de personnes venant voir, sourire aux lèvres, les cadavres. C’était visiblement un spectacle très amusant pour une grande majorité des personnes présentes, qui riaient parfois en les regardant, leur secouaient brutalement la tête (pour les laisser retomber violemment contre la carrosserie) ou les montraient fièrement à leurs jeunes enfants. Ne pas être sensible à la mort d’un animal est une chose (déjà compliquée à comprendre pour nous), mais s’en amuser, s’en réjouir, s’en délecter… est absolument incompréhensible et immonde.

– La Nouvelle-Zélande (contrairement à l’Australie où cette espèce est protégée) souhaite éradiquer les possums (qui, à l’origine, n’ont pas demandé à être importés ici…) car ils sont désormais considérés comme des “nuisibles”. Ainsi, tous les moyens sont bons pour y parvenir, et il est donc bien vu des les tuer, des les empoisonner ou de les écraser. Pire, la Nouvelle-Zélande s’en amuse.
Ici, pas question d’envisager ces animaux comme des êtres vivants dotés de conscience et de ressentis. La mort de cet animal est banalisée au plus au point et sa traque prend une tournure particulièrement malsaine. Ôter la vie des possums est même devenu un jeu, un passe-temps pour les Néo-Zélandais qui prennent plaisir à les tuer. Notre livre sur la Nouvelle-Zélande écrivait même qu’ “écraser les possums est un sport national”  (nous noterons le bon goût de ce guide touristique…).
Ainsi, ici les gens accélèrent à la vue d’un possum sur la route (ou son bord) pour l’écraser, de nombreux Néo-Zélandais s’amusent à les chasser (principalement la nuit où ils tirent à vue lorsqu’ils voient des yeux brillés –ce qui doit valoir la vie à beaucoup d’autres animaux et qui a également coûté la vie à une campeuse Australienne en 2012-), des pièges (au cyanure) sont installés un peu partout dans le pays et du poison est semé par avion dans les forêts, parcs, etc…  (nul besoin de préciser que ces deux façons de procéder ôtent la vie à de nombreux autres animaux également).
Il est possible d’acheter des peluches de possums écrasés avec une trace de pneu sur le corps… Ou encore, il est très courant de voir toutes sortes d’affaires (gants, bonnets, coussins et même des “caches sexe” ou “caches poitrine”) en fourrure de possums.
J’ai même lu qu’un “jeté de possums” (qui consiste à jeter des possums -morts- contre les murs !!) avait été organisé pour s’amuser. Bien que cela a crée une controverse, environ 60% des Néo-Zélandais n’y ont vu qu’un “jeu inoffensif”.
(Une vidéo -immonde et choquante- est même visible sur Youtube pour ceux qui ont envie de vomir)

– Les possums ne sont pas les seuls à être tués pour “l’amusement” et nombreux sont ceux qui écrasent volontairement les animaux : possums, lapins, oiseaux, chats…  Il nous serait incapable de dire le nombre (même approximatif) d’animaux écrasés que nous avons croisé tant ils sont nombreux. En fait c’est simple, jusqu’à aujourd’hui nous n’avions encore jamais vu autant d’animaux morts sur les routes et bords de routes…
Le pire réside peut-être dans le nombre élevé de corps sans vie que nous avons vu sur des routes où il était impossible de rouler vite (la vitesse maximum envisageable étant de 20, voire 30 km/h). Les animaux qui y gisaient ne pouvaient pas être morts par accident.
De même, nous avons vu des personnes essayer d’écraser des poules en s’amusant visiblement beaucoup et nous avons également vu une personne faire volontairement un écart avec sa voiture et tuer ainsi un gros oiseau noir sous nos yeux. (Une autre fois, c’est un faucon qui a manqué d’y passer)

Nous ne comprendrons jamais comment des personnes peuvent se donner le droit de vie ou de mort sur un autre être vivant, et encore moins pour le plaisir. Leurs vies ne nous appartiennent pas…

Les moutons et vaches sont souvent terrifiés. Bien sûr, nous ne pouvons pas faire de généralisation (et nous ne sommes pas allé à la rencontre de tous les moutons et vaches du pays !) mais il nous a été impossible d’approcher un mouton ou une vache, ne serait-ce qu’une seule fois durant nos quatre mois de voyage. Nous avons tenté à plusieurs reprises, mais les animaux s’éloignaient aussitôt, effrayés.
Je me souviens particulièrement d’un troupeau de vache que nous avons souhaité approcher : je n’avais pas encore atteint la clôture que les vaches se sont immédiatement éloignées en courant. Nous sommes restés un long moment aux abords du champ, en bougeant très peu, en leur parlant doucement et en leur tendant des brins d’herbe mais seule la crainte pouvait se lire dans leur regard. Quelques une ont tenté de s’approcher, mais elles étaient sur le qui-vive, prêtes à repartir au moindre de nos gestes et n’ont, finalement, jamais osé venir. Nous pouvons comprendre que ces animaux restent un peu sauvages (ils n’ont probablement aucune vraie interaction avec les humains et peut-être n’en voient-ils pas souvent) mais nous n’avons jamais vu des vaches avec une telle peur dans le regard et le comportement (pourtant, nous voyons régulièrement des vaches par chez nous). Ce n’était pas une “crainte de l’inconnu”, c’était une vraie peur. Leurs regards en diront toujours plus long que tous les mots que je pourrais être capable d’écrire…
Quant aux moutons, nous avons (malheureusement) assisté au déchargement de plusieurs camions et c’était scandaleux. Les animaux étaient terrifiés, ils se faisaient hurler dessus non-stop et étaient traités comme de vulgaires objets. Encore une fois, pas question pour eux de prendre en compte (ou même d’imaginer) que ces animaux puissent être des êtres vivants avec des émotions, des ressentis et des sentiments… Nous avons même vu le cadavre d’un mouton qui n’a pas survécu à ce calvaire.

Pas besoin de préciser que tous ces faits nous ont particulièrement écœurés et dégoûtés

Nouvelle-Zélande chasse

Au milieu, un homme se tient, tout sourire, à côté de nombreux cadavres de lapins, un fusil à la main.
En dessous, il est écrit : “Ils ont commencé à piéger les nuisibles, principalement les rats, hermines, belettes, lapins et possums. Mais il devint rapidement clair que les pièges seuls ne suffisaient pas


Peluche possum écrasé

Peluches de possums écrasés…


Nouvelle-Zélande panneau anti chien

Tous les chiens trouvés sur ma propriété seront fusillés !


Nouvelle-Zélande anti chiens

Les chiens sont interdits dans énormément d’endroits


Nouvelle-Zélande chasse

Les magazines de chasse sont souvent mis en avant

___

Ensuite, autre déception : la Nature et l’environnement sont, en réalité, loin d’être respectés…

– Beaucoup de Néo-Zélandais n’ont pas de “conscience écologique” et la pollution est donc assez présente. L’attrait pour les voitures à faible consommation n’est pas franchement d’actualité et les personnes n’éteignent presque jamais les moteurs de leurs voitures (qui sont, en grande majorité, de gros 4×4) même lorsqu’ils patientent pendant trente minutes ou une heure !

 Il n’est pas rare de voir régulièrement des déchets dans les coins de nature (mais, soyons honnêtes là aussi, les touristes y jouent également un rôle ! À de nombreuses reprises, nous avons été dégoûtés de voir le manque de respect d’un grand nombre de voyageurs qui laissent simplement leur déchets derrière eux, sans aucune considération pour la nature et les autres !).

– 70% des forêts ont été détruites par l’Homme afin de faire des champs. Des feux non contrôlés ont ainsi ravagés des régions entières, créant des dégâts considérables à la nature. (À se demander qui sont les vrais “nuisibles”…)

– Les jardins/pelouses/champs sont arrosés très régulièrement (même lorsqu’il pleut !).

– Les OGM sont utilisés à outrance.

– L’huile de palme est quasiment omniprésente. Il nous a souvent été difficile (voire impossible dans certains cas) de nous procurer certains produits (nul besoin de préciser que l’huile de palme est responsable de la destruction de plusieurs millions d’hectares de forêts et du massacre de milliers d’animaux (qui sont parfois torturés avant d’être tués)  -entre autres !-) (Pour ceux/celles qui consomment des produits avec huile de palme, s’il vous plaît, prenez au moins la peine de savoir à quoi vous participez, et regardez cette vidéoelle dure moins de trois minutes– vous pouvez également cliquer ici ou encore ici si vous souhaitez en savoir plus –ça ne vous prendra que quelques minutes également-).

– Le recyclage se fait très peu (une partie des Néo-Zélandais penserait apparemment qu’il s’agit d’un “complot du gouvernement” pour les faire payer plus) et, pire, 70% des déchets sont enterrés !
(De plus, 65% des déchets pourraient être recyclés mais ne le sont pas)
Pour un pays toujours décrit comme “amoureux de la nature”, j’ai comme l’impression qu’ensevelir plus d’un million de tonnes de déchets par an ne soit pas la plus belle des preuves d’amour…

___

Quant à la population décrite comme particulièrement sportive, cela aussi est faux.
Le rugby est bien entendu très présent dans ce pays mais plus dans les esprits que dans les jambes. En réalité, il y a beaucoup de surpoids, et le taux de surpoids/obésité est relativement élevé :

– 67% des adultes (15 ans et plus) sont en surpoids/obésité  → (obésité : 32 % ; surpoids : 35%) ;
– 32% des enfants (de 2 à 14 ans) sont en surpoids/obésité  → (obésité : 11% ; surpoids : 21%).

(Ces données concernent l’année 2015/2016 et ont été prises directement sur le site du gouvernement Néo-Zélandais. Pour les vérifier, il suffit de cliquer ici)

(A titre de comparaison :
– Le taux de surpoids/obésité pour les adultes (20 ans et plus) en 2014 aux Etats-Unis était de 70,7%.
– Pour la même année (2014), le taux de surpoids/obésité pour les adultes en France était de 46%)

___

Nous ignorons pourquoi la Nouvelle-Zélande est sans arrêt décrite comme un pays idyllique sur des faits qui sont finalement erronés. Nous ne voyons absolument pas l’intérêt d’embellir un endroit, de lui donner une image si éloignée de la réalité. C’est dommage car nous arrivons débordant d’attentes et quittons en fait le pays empli de déception.

L’harmonie avec la nature et les animaux que nous espérions tant trouver fut finalement loin de ce que nous nous imaginions.  Et, pour dire vrai, tout cela nous a malheureusement laissé un goût très amer.

Cependant, à côté de ça, la Nouvelle-Zélande reste un pays magnifique, avec la richesse de sa faune et de sa flore.
Les gens peuvent être très gentils (mis à part en voiture où ils sont parfois nerveux et impatients –nous avons cessé de compter les doigts d’honneur reçus-).
Les forêts, plages, volcans, lacs, … sont souvent superbes. Les parcs nationaux (tels que celui du Tongariro ou d’Abel Tasman) sont incroyables ! La nature y règne et est magnifique.
Même les villes sont, dans la majorité des cas, belles et agréables.
Traverser ce pays en parcourant plusieurs milliers de kilomètres (sur des routes tout aussi belles) a été un vrai plaisir et nous en garderons de très beaux souvenirs, sans aucun doute !

Nouvelle-Zélande route Milford Sound

La route menant au Milford Sound


Nouvelle-Zélande Tongariro Alpine Crossing

Le Mont Ngauruhoe dans le parc national de Tongariro

Comme mentionné précédemment, s’il y a bien une chose avec laquelle nous sommes forcément d’accord et que nous ne pouvons retirer à la Nouvelle-Zélande, c’est sa beauté.
Même si nous ne pensons pas qu’il s’agisse “du plus beau pays au monde” (comme nous l’entendons parfois), il est vrai et indéniable (pour nous) que ce pays est superbe.

Nous ne comptons pas y remettre les pieds un jour, mais ce fut un vrai plaisir de découvrir les paysages, lieux et animaux qui ont tout de même fait de ce pays une belle aventure.

Et cela ne nous a pas empêché d’avoir de vrais coups de cœur dont : Rotorua, Tongariro et Abel Tasman qui sont définitivement les endroits que nous avons préféré et qui nous ont le plus fasciné !

Rotorua eau pure

Dans la magnifique “Redwoods Forest”, à Rotorua


Nouvelle-Zélande Tongariro Alpine Crossing Lacs

Le Parc National de Tongariro et ses superbes lacs


Abel Tasman Tonga Island

L’Île Tonga, dans le Parc National Abel Tasman

Kea Perroquet montagnard

Un kéa, le seul perroquet montagnard au monde

 LE PETIT PLUS

Avec cet article, nous souhaitons simplement donner notre point de vue sincère et réel. C’est un avis qui ne concerne que la Nouvelle-Zélande et qui ne cherche à faire aucune comparaison avec aucun autre pays (quand je cite un point, ce n’est pas dans l’idée de dire/penser que c’est mieux en France ou ailleurs. Seule la Nouvelle-Zélande est prise en compte).

Je tiens également à préciser que lorsque j’écris “les Néo-Zélandais”, je suis bien sûr consciente que cela ne concerne pas tous les Néo-Zélandais. Bien qu’une majorité des Néo-Zélandais possède cette mentalité, une partie pense et agit différemment, en étant également exaspérée par cette façon d’être et d’agir.

Ceci, bien qu’étant notre avis personnel, a été partagé par de nombreuses autres personnes (les quelques personnes en désaccord avec ce point de vue étaient souvent celles qui se soucient peu/pas des animaux et de la nature).

– Tout ce qui est écrit dans cet article a été vu de nos propres yeux et/ou a été vérifié sur Internet. Nos recherches (sur Internet et auprès de personnes) nous ont confirmé les situations que nous avons vécu, vu, ressenti.
De plus, via cet article, nous ne souhaitons pas dénigrer la Nouvelle-Zélande mais simplement décrire son “vrai côté”.

Et si vous prévoyez de partir en Nouvelle-Zélande, ou n’importe où ailleurs, pensez à bien respecter la nature qui vous entoure et à l’apprécier comme il se doit. De même pour les animaux, ce sont des êtres vivants (avec des ressentis, des émotions, des sentiments, …), tout comme vous et nous !
Ça fait sûrement “moralisateurs” mais nous avons vu tellement de personnes (dont beaucoup de voyageurs/touristes) prendre la nature pour une poubelle et les animaux comme de vulgaires choses, qu’on se dit qu’un petit commentaire sur le sujet ne peut pas faire de mal !

Et n’hésite pas non plus à nous laisser un petit commentaire 😀

3 réponses
  1. Bellier
    Bellier dit :
    dur dur à lire ,pourtant c’est bien de le savoir , que les enfants ont de tels modèles dans leur éducation n’augurent pas de l’avenir .Je souhaite qu’en continuant votre voyage vous rencontriez des animaux avec des regards confiants . Bisous à vous 2
  2. Sandrine Chd
    Sandrine Chd dit :
    En effet, l’image de la Nouvelle-Zelande Luxuriante, royaume des moutons et kiwis, et territoire des maoris, en prend un coup.

    On imagine en effet un pays beau sauvage et donc respecté pour cela par les habitants.
    Vraiment étonnant de voir qu’ils sont si irrespectueux de la faune et de la flore.

    Laisser tourner les moteurs, ne pas faire le tri des déchets, consommer l’eau à outrance .. Ce ne serait pas des climato-sceptiques ?

    Mais le pire ce sont les animaux. Chercher à écraser ceux qui se trouvent sur le bord de route, au lieu de les éviter. En vendre même des peluches avec trace de pneus !? Sérieusement ? C’est juste pas possible, à notre époque et dans un si beau pays normalement civilisé, de voir des actes pareils. Qu’ils soient pro-chasse, c’est une chose, mais qu’ils rigolent de la mort des animaux, cherchent à la provoquer pour s’en amuser; ou créé des jeux à base de cadavres … C’est quoi le délire.

    J’imagine en effet qu’ils ne sont pas tout comme ça, et heureusement.
    Mais vu ce qui se vend en magasin (peluches, magazines), le comportement des gens en voiture et lorsqu’ils voient des animaux -morts ou vivants-, c’est quand même que ça fait partie de la mentalité du pays.

    Lorsqu’on voit le respect des maoris pour la nature (dans vos derniers articles), je pense que c’est les colons maintenant Neo-Zelandais qu’on devrait exterminer car nuisible, et non les possums ! 😀

    Enfin, je ne reviendrais pas sur tout l’article. Et ça n’enlève rien à la beauté du pays (malheureusement souvent sous la pluie). Mais c’est clair que ça gâche particulièrement le voyage.
    Malheureusement, niveau écologie ou respect des animaux, ce n’est pas en Asie que vous le trouverez non plus. Après ce ne sont pas des pays développés comme les nôtres, et c’est une toute autre culture. Alors que la Nouvelle-Zelande par contre, c’est vraiment étonnant. Surtout à un niveau aussi élevé de conneries.

    Je pense qu’en Australie, pour ça, vous devriez être mieux ! 🙂

    J’attends les prochains articles et prochaines photos. Mais pour l’instant, vous êtes de retour sur les routes. Alors profitez bien.

  3. Véro et Gaëtan
    Véro et Gaëtan dit :
    Nous comprenons votre déception.
    Agir de la sorte envers les animaux d’une manière aussi cruelle ne nous laisse pas indifférent.
    Toutefois, essayez de vous souvenir des bons moments.
    Bisous et à bientôt pour de nouveaux articles.

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *