DES PINNACLES AUX GRAMPIANS

LES PINNACLES

Lundi 03 avril 2017

Aujourd’hui nous décidons de commencer officiellement notre voyage en Australie en rejoignant le désert des Pinnacles, à presque deux cent kilomètres au Nord.
Situé dans le parc national de Nambung, ce désert a la particularité d’avoir un paysage hors du commun. Des milliers de rochers, façonnés par la force des éléments, se dressent tels des menhirs sur les innombrables dunes de sable. Ces roches, formées il y a plusieurs millions d’années, lorsque le sable se trouvait encore sous l’eau, sont en réalité faites de coquillages et de calcaire.

La route qui y mène est très belle et agréable. Celle-ci, nous faisant découvrir des champs de végétation à perte de vue, des sentiers de terre rouge, ou encore des dunes de sable blanc sur fond de l’Océan Indien, nous plonge dans l’atmosphère typique de l’Australie.

Après un peu plus de deux heures, nous arrivons dans le fameux “Pinnacles Desert”. L’endroit est tout aussi beau qu’étonnant ! Des centaines de rochers se tiennent à la verticale les uns à côté des autres dans un superbe désert de sable orange.
Le ciel, d’un bleu éclatant et sans nuage, rajoute une touche de couleur et de contraste dans ce paysage incroyable.

Australie Pinnacles DesertAustralie Pinnacles Desert

Deux sentiers ont été tracés afin de parcourir une petite partie du désert tout en nous immergeant au milieu des rochers. L’un, de quatre kilomètres, se fait en voiture tandis que l’autre, d’environ un kilomètre, est réservé aux piétons. Nous décidons de parcourir les deux pour être sûrs de ne rien louper tout en pouvant ainsi profiter le plus possible de l’endroit.
Ce dernier est magnifique et nous y restons deux heures à nous balader sous un soleil de plomb, heureux d’avoir vu de nos propres yeux ce superbe paysage naturel.

Australie Pinnacles Desert Australie Pinnacles Desert

Australie plage voiture

Puis, petit tour sur la plage avec notre tout nouveau 4×4

Après cela, nous décidons de prendre la route pour rejoindre la ville d’Adélaïde située à 2 800 kilomètres de Perth, au Sud-Est de l’Australie.

Australie route

De retour sur les routes !


Itinéraire Perth Adélaide

 La ligne orange montre la distance du Nord jusqu’au Sud de la France (Lille-Perpignan)

Nous passons sept jours à rouler dans l’outback Australien. La route est très belle et tout aussi agréable à parcourir. Les paysages diffèrent et se succèdent au rythme des kilomètres que nous parcourons. De grandes lignes droites s’offrent régulièrement à nous (dont celle de 146,6 kilomètres qui s’avère être la plus longue de toute l’Australie) tandis que nous avons la chance de voir et d’observer de nombreux animaux sauvages : kangourous, wallabies, émeus, aigles, dingos… Tous sont magnifiques et nous tombons d’admiration devant ces aigles aussi grands que majestueux, impressionnants, et face aux dingos dont la beauté et la particularité ne nous laissent pas indifférents.
De leur côté, les (très nombreux) kangourous et wallabies se trouvent être très attachants et les (rares) émeus que nous avons la chance de croiser nous surprennent par leur grâce et leur démarche quelque peu hautaine.
Nous aimons et apprécions cette nature souvent vierge qui nous entoure, et profitons tant que possible de ces sept jours qui passent incroyablement vite.

Plus longue ligne droite d'AustralieAustralie RoutesAustralie Aigle EagleAustralie DingoAustralie Plage Cap Le Grand

Le 12 avril 2017, nous arrivons dans la ville d’Adélaïde qui est, elle aussi, très belle, verdoyante et agréable.
Le lendemain, nous en profitons ainsi pour rendre visite à la famille qui m’a accueilli durant un mois il y a presque neuf ans (lorsque j’effectuais alors mes premiers pas de globetrotteuse).

À nôtre arrivée chez eux, Chris et Sharon nous accueillent très chaleureusement. Nous passons la soirée autour d’un bon repas et partageons une soirée très agréable.
Suite à cela, ils nous proposent de passer la nuit chez eux, ce que nous acceptons avec plaisir.
Puis, comme Chris (qui a sa propre entreprise de menuiserie) propose du travail à Vincent, nous restons finalement plus longtemps que prévu.
Ils sont très gentils et c’est ainsi un plaisir de passer plusieurs jours en leur compagnie.

Nous et la ville d'Adélaide

Chris, Sharon, Vincent et moi devant la ville d’Adélaide

LES GRAMPIANS

Vendredi 21 avril 2017

La sœur de Sharon et son mari (Caroline et Georges) possèdent un magnifique terrain à Dunkeld (à 520 kilomètres d’Adélaide) sur lequel ils proposent neuf cottages à louer (pour voir leur site Internet, c’est par ici).
Chris et Sharon s’y rendent ce week-end, du vendredi 21 avril au lundi 24 avril, et nous proposent alors de venir avec eux.

Lorsque nous arrivons, nous découvrons un très bel endroit, fleuri et bien entretenu. La place est vraiment belle, pleine de charme et tout aussi paisible.
Caroline et Georges sont également très gentils et nous accueillent avec beaucoup de générosité.
L’endroit et les propriétaires sont très agréables, nous avons de la chance de nous y trouver.

Chambre cottage Grampians

Notre chambre, située quelques kilomètres plus loin

Nous passons alors deux jours très plaisants et bien remplis.

Accompagnés de Chris, nous débutons notre petit séjour en allant “gravir” deux montagnes dans le très beau Parc national des Grampians (le Mont Sturgeon d’une hauteur de 553 mètres et le Mont Piccaninny d’une hauteur de 149 mètres).
Les sentiers sont magnifiques et nous plongent au cœur d’une nature riche et intacte où nous avons la chance de voir de nombreux wallabies et kangourous. Certains traversent juste devant nous tandis qu’ils disparaissent ensuite dans la végétation, nous laissant deviner leur présence par l’unique bruit sourd qui résonne à chacun de leur saut.

Un wallaby peu farouche se laisse également observer de près. Celui-ci se tient à moins de deux mètres de nous, et continue de manger paisiblement les feuilles qui l’entourent tandis que nous prenons le temps de le contempler. Une belle surprise pour nous !

Wallaby peu farouche Australie

Le wallaby se trouve à moins de deux mètres de nous


Wallaby peu farouche

Mais ça ne l’empêche pas de continuer paisiblement son repas

Sentier Les Grampians

Le premier sommet nous immerge dans un brouillard épais et, bien que cela nous prive de panorama, nous trouvons cela superbe. Cela donne une ambiance particulière, avec l’impression d’une jungle imperceptible à nos pieds, et nous apprécions particulièrement le moment et l’endroit.

Nous ne raffolons pas particulièrement des points de vue en hauteur et c’est donc probablement, à notre sens, encore plus beau dans les nuages.

Grampians Mont Sturgeon Vincent

Le second sommet est cette fois-ci plus dégagé et nous offre ainsi une vue sur tous les alentours, ce qui est également très beau.

Grampians Mont Piccaninny

Vincent et Chris en haut du Mont Piccaninny

Nous allons ensuite faire une marche sur les bords du cratère d’un volcan où la végétation a (re)prit place, probablement en même temps que les kangourous qui s’y trouvent.

Puis, le lendemain, nous partons à la rencontre de chutes d’eau (les “MacKenzie Falls”), accessibles via de nombreuses marches, avant de nous rendre plusieurs dizaines de kilomètres plus loin, pour nous retrouver en tête à tête avec des peintures aborigènes. Ces dernières datent de plusieurs milliers d’années et se trouvent sur un impressionnant rocher, dans un lieu nommé “Billimina”.

Les peintures ne sont pas spécialement incroyables, mais le fait de savoir qu’elles ont été faites il y a des millénaires les rend très intéressantes.

Chutes d'eau MacKenzie Falls

Les MacKenzie Falls, d’une hauteur de 40 mètres


Billimina Peintures aborigènes

Autrefois un point de ralliement, le mur de roche est recouvert de plus de 2 500 dessins Aborigènes

Billimina Peintures aborigènes

Grampians panorama

 De nombreux arrêts sont possibles pour observer les panoramas

Alors que nous avons terminé de visiter les environs et que nous rentrons aux cottages en empruntant plusieurs kilomètres de “gravel road” (en piteux état), je crie soudain à Vincent de s’arrêter immédiatement. Légèrement prit de panique et ne comprenant pas la raison, Vincent appuie tant que possible sur la pédale de frein, faisant piler la voiture qui s’immobilise rapidement.
Je descends précipitamment de la voiture en me dirigeant devant celle-ci. Il s’en sera fallut de peu, mais le gros lézard à langue bleue qui se tient précisément devant le pneu de notre voiture est bel et bien épargné. Gros soulagement !
Vincent, qui ne l’avait pas vu, est tout aussi soulagé. Nous prenons alors plusieurs minutes pour l’observer et comprenons rapidement d’où provient son nom. Lorsque Chris approche sa main du lézard, celui-ci ouvre grand la bouche tout en présentant sa langue d’un beau bleu foncé, tentant ainsi de nous intimider. C’est surprenant et tout aussi beau.
Nous le prenons ensuite pour le mettre en-dehors de la route, en sécurité puis repartons, l’œil attentif.

Lézard à langue bleue Lézard à langue bleue

Lundi 24 avril 2017

Après avoir passé de bons moments dans les Grampians, nous repartons tous les quatre le lundi midi, direction Adelaïde.

Vincent va ainsi travailler pour Chris durant presque trois semaines, puis nous reprendrons la route, direction la côte Est !

Et n’hésite pas non plus à nous laisser un petit commentaire 😀

3 réponses
  1. Sandrine Chd
    Sandrine Chd dit :
    Ca devait être génial cette traversée de l’Australie, seuls en plein désert sur de grandes routes, entourés d’animaux sauvages.
    On voit bien l’immensité de ce pays, une fois mis à l’échelle de la France.

    En tout cas, vraiment sympa ce désert avec ses « menhirs ».
    C’est vraiment original et impressionnant.

    Et les peintures aborigènes c’est super ! (à Rocamadour on avait visité une toute petite grotte avec peintures rupestres. J’avais trouvé ça génial. S’imaginer que c’est là depuis des milliers d’années. Réfléchir à la symbolique et aussi aux méthodes utilisées. On se sent tout petit)

    Bravo pour le lézard. Tu as l’oeil. On dirait une pomme de pin ! 😀
    (il n’a pas de pattes ou quoi ?)

    J’adore les photos dans le brouillard. Même si ça fait un peu peur de voir Vincent comme ça sur le bord du rocher 🙂

    Bonne route. Après ces quelques semaines logés chez l’habitant tout en travaillant, il est temps de retrouver le confort de votre voiture !!! ^^

  2. brigitte
    brigitte dit :
    Oui superbes photos d’un tout petit bout de l’australie. Plein d’autres paysages à découvrir. Grâce à ta comparaison sur la carte, on voit bien l’immensité de ce pays

    . Comme Sandrine, j’aime beaucoup les photos dans le brouillard, il y en a une qui fait penser un peu au sud de la France. Vincent seul au monde sur ce rocher, à quoi pense t’il ? Qu’il a vraiment eu raison de vivre cette expérience !

    Celle des menhirs est très originale, vous étiez seuls ?

    Vous êtes vous baignés dans ces eaux magnifiques qui longent toute la route que vous avez parcourue.
    Vous êtes plus libre qu’en nvelle Zélande pour dormir ds la voiture ? C’est tellement immense que j’imagine que oui.

    Bonne continuation, faites nous encore rêver par vos photos et vos récits
    Gros bisous

  3. Véro et Gaëtan
    Véro et Gaëtan dit :
    Très beaux paysages, le désert, les cascades vraiment magnifiques.
    Vous avez dû apprécier l »accueil chaleureux de vos amis, nous avons visité le cite du gîte, cela donne vraiment l’envie de s’y rendre.
    Vincent tu as repris du service, les méthodes de travail sont t’elles différentes? Retravailler le bois a dû te faire plaisir.
    Vous avez l’air en pleine forme, ce qui nous réconfortent.
    Pensons bien à vous, au plaisir de vous relire.
    Gros bisous
    Gaëtan et Véro

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *