DÉBUT DE L’AVENTURE : NOTRE DEUXIÈME JOURNÉE

Vendredi 18 novembre 2016

Il est environ 06h00 quand nous nous réveillons le lendemain matin. Cette nuit de sommeil a été revigorante et nous fait vraiment du bien.

Nous restons dans le logement jusqu’à 11h00, où nous essayons de nous organiser pour la journée (ou, si possible, les journées) à venir. Nous espérons trouver une randonnée, voire avec un peu de chance, un trek de plusieurs jours à faire dans les environs, et nous cherchons donc à nous organiser dans cette optique, mais sans succès. Bien que tout soit beau et verdoyant, nous sommes en plein milieu d’une ville.

Comme nous souhaitons atteindre Cape Reinga, à l’extrême Nord de la Nouvelle-Zélande, afin de redescendre ensuite le pays jusqu’au Sud, nous décidons donc de nous mettre en marche en prenant la direction du Nord.
Il fait beau et nous en profitons pour visiter brièvement Devonport. La ville est vraiment agréable et belle, Vincent adore. De mon côté, j’aime aussi cet endroit que je trouve plaisant mais cela ressemble tellement à l’Australie –où je suis déjà allée- que je n’ai pas le même dépaysement ou la même sensation de « découverte ».

Nous montons au sommet du Mont Victoria, un volcan situé au cœur de Devonport. De là-haut, nous avons une vue imprenable de 360 degrés.
Derrière nous se dessine la ville d’Auckland, avec sa Sky Tower surplombant le tout. Et, face à nous, le Nord se dévoile jusqu’à l’horizon. C’est en observant ce panorama que nous nous rendons vraiment compte que nous ne trouverons pas de vrai coin de nature, vaste et « pur », que l’on pourrait découvrir et dans lequel nous pourrions marcher et randonner.

La route principale allant vers le Nord

Vue Auckland du haut du Mont Victoria

La vue d’Auckland du haut du Mont Victoria

Après une bonne heure à apprécier l’endroit et la vue, nous décidons de redescendre pour aller faire du stop le long de la route principale, en direction du Nord.
En à peine cinq minutes, un couple s’arrête. Nous roulons environ quinze minutes et ils nous déposent à un carrefour, au niveau du périphérique.
Nous ne pouvons pas marcher ici, donc nous attendons patiemment sur le bord de la route, le pouce levé, en regardant les dizaines de voitures passées à nos côtés.
Puis, un vieux monsieur s’arrête et nous fait monter dans son pick-up. Il est super gentil, et nous discutons durant vingt minutes, avant de terminer le trajet à Orewa, une ville très jolie en bord de plage.

Premier repas de globe-trotter

Premier repas de globe-trotter 🙂

Premier repas globe-trotter : pâtes

Au menu : des pâtes !

Nous mangeons ensuite notre tout premier repas, inaugurant ainsi notre mini-réchaud fait maison et notre popote encore flambant neuve, avant de reprendre la marche. Cette fois-ci, nous quittons les bords de route, pour emprunter le long chemin de sable qui longe l’océan Pacifique.
Puis, le temps de plusieurs mètres, le sable laisse place à des rochers que nous franchissons, nous laissant ensuite percevoir un nouveau bras de plage. Ce dernier est surplombé de falaises sur lesquelles sont juchées des forêts.
Motivés par la vue de ces centaines d’arbres et par l’espoir de se retrouver immergés dans la nature, nous continuons notre marche, ravis.

Nous marchons alors plusieurs kilomètres et tentons d’atteindre la végétation en espérant se retrouver un peu seuls. Mais, même en haut de ces falaises, chaque endroit que nous traversons est marqué par la présence de l’Homme : maisons, jardins, barrières, traces de tracteurs, …

Plusieurs directions sont parfois possibles, et nous ne savons pas toujours laquelle choisir.
De plus, l’heure commence à tourner, il est bientôt 18h00, et il nous faut trouver un endroit pour passer la nuit.
Nous pensions trouver assez facilement un petit coin de forêt où nous engouffrer pour dissimuler notre tente (le camping ou bivouac sauvage étant interdit en Nouvelle-Zélande), mais cela s’avère finalement plus difficile que prévu. Chaque chemin que nous empruntons nous mène à des habitations, des terrains privés, des champs clôturés. Et quand, enfin, on pense atteindre une lisière de forêt, cette dernière est décimée, une bonne partie des arbres est coupée, leurs troncs jonchant encore parfois le sol.

Nous marchons le long d’un chemin de terre, il est maintenant plus de 18h00, et nous sommes toujours en quête d’un endroit où poser notre tente, quand une voiture s’arrête à nos côtés. La conductrice nous demande si tout va bien et si nous savons où nous allons. À la suite de notre réponse, elle nous informe que nous sommes sur un sentier privé qui mène à une auberge, puis elle nous propose de nous ramener vers la route principale.
Nos tentatives pour trouver un coin où dormir n’aboutissant à rien, nous acceptons sa proposition en la remerciant chaleureusement.
Dans la voiture, nous discutons un peu et, comme elle semble être des environs, nous lui demandons si elle ne connaîtrait pas un lieu où nous pourrions passer la nuit dans notre tente.
Elle nous parle alors d’un bord de plage situé à quelques minutes en voiture, où elle décide de nous emmener. Elle descend avec nous, et nous mène un peu plus loin, pour nous montrer un endroit assez touffu, composé d’arbres et de buissons, où il est possible d’y cacher notre campement. L’endroit est parfait !
Nous avons beaucoup de chance, elle est vraiment très gentille, et nous la remercions à plusieurs reprises.

A 19h00, notre tente est enfin montée, nous sommes bien installés et prêts à passer la nuit ici.
Nous prenons tranquillement le temps de nous faire un thé, que nous savourons avec une barre de céréales chacun.
Puis, dans les alentours de 20h00, nous allons nous coucher et, épuisés, nous nous endormons en quelques minutes.

Tente camping Orewa

Notre campement, à l’abri des regards

Et n’hésite pas non plus à nous laisser un petit commentaire ! 😀

2 réponses
  1. Sandrine
    Sandrine dit :
    Super sympa la nana qui s’est arrêtée et vous a conduit jusqu’à un lieu de nature isolée !!
    Tu m’étonnes que vous perdez du poids… vous marchez des kilomètres, et votre repas se compose d’un thé et d’une barre de céréales 😅 Je comprends que Vincent ce soit lassé. Haha
    Article très intéressant à lire. J’attends la suite ! 🙂
  2. Maëva & Vincent
    Maëva & Vincent dit :
    : Oui, la fille a été super gentille, on a eu beaucoup de chance !! 😀

    Et en effet, nos repas le soir n’étaient pas très consistants. Mais on était bien fatigués et, du coup, on avait juste envie de manger un truc rapidement et de dormir. Sans parler du fait que notre nourriture n’était pas très appétissante en soi, donc notre appétit était moins important aussi.

    Merci pour ton commentaire et pour ton suivi en tout cas, ça nous fait plaisir !! 🙂

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.