DE WHANGAREI À TUTUKAKA COAST

WHANGAREI

Mercredi 23  novembre

Première nuit dans toute nouvelle voiture ! Ce fut de nouveau une nuit fraîche et plutôt inconfortable (le coffre étant plus dur que ce que nous imaginions), mais nous sommes contents.

Nous profitons de nous trouver à Whangarei et d’être désormais totalement autonomes pour aller visiter les environs.

Il est 07h40 quand nous nous rendons aux Whangarei Falls, des chutes d’eau situées dans une forêt.
L’endroit est très agréable et la cascade, d’une hauteur de 26 mètres, est très belle.
Il n’y a personne et nous profitons donc de la tranquillité de l’endroit pour y prendre notre petit-déjeuner, tout en contemplant la nature qui nous entoure.

Whangarei Falls
Breakfast Whangarei Falls

Nous nous rendons ensuite aux Abbey Caves.
L’endroit nous plaît beaucoup car les grottes sont laissées telles quelles, à “l’état sauvage” et il n’y a absolument rien d’aménager.

L’entrée est un gros trou dans la roche et, pour y pénétrer, nous devons simplement nous munir de nos lampes frontales puis nous débrouiller pour ne pas glisser et/ou tomber sur les nombreux rochers qui nous mènent environ quatre mètres plus bas.
Les Abbey Caves sont composées de trois grottes qui se succèdent mais, malheureusement, nous peinons à avancer dès la première.
A peine sommes nous arrivés au pied de ces gros rochers glissants, que nous nous retrouvons les pieds dans l’eau. Nous nous déplaçons donc de pierre en pierre, dans l’obscurité, en tentant de mouiller le moins possible nos chaussures déjà humides. Mais plus nous progressons et plus le niveau de l’eau monte.

Nous n’avons fait que quelques mètres quand nous devons nous arrêter. Il n’est plus possible de se déplacer via les rochers, et le niveau de l’eau est devenu trop haut pour en descendre.
Je propose à Vincent d’enlever nos chaussures pour continuer notre avancée les pieds, voire même les jambes, dans l’eau, mais l’idée ne lui plaît pas tellement et nous en restons donc là.
Nous nous arrêtons et prenons alors le temps de regarder les murs de roches irrégulières qui nous entourent.

Depuis notre descente, nous sommes plongés dans le noir total et seul le faisceau de nos lampes frontales parvient à percer l’obscurité.
Nous éteignons notre lumière, nous retrouvant ainsi dans le silence et la nuit, lorsque cette dernière nous dévoile de nombreux vers luisants, qui apparaissent de plus en plus lumineux au fur et à mesure que les minutes passent.

C’est apaisant de les regarder et nous restons là durant de longues minutes.

Abbey Cave

Le soir, nous reprenons la route en direction du Nord, sans savoir où nous allons précisément, quand nous passons à côté d’un endroit où il est possible de dormir gratuitement dans sa voiture.

Des véhicules y sont déjà garés et nous nous y arrêtons à notre tour, les rejoignant le temps d’une nuit.

Voiture camping

TUTUKAKA COAST

Jeudi 24 novembre

Le lendemain, nous nous remettons en route en fin de matinée, continuant notre avancée vers Cape Reinga sous un beau ciel bleu.
Lorsque nous atteignons Tutukaka Coast, nous décidons de nous y arrêter pour profiter un peu de la plage que nous longeons.

Tandis que nous nous changeons sur le parking, Vincent aperçoit des dauphins dans l’océan, qui nagent autour des personnes déjà présentes dans l’eau. Nous sommes vraiment surpris et tout autant enjoués, nous ne nous attendions pas du tout à en voir.
Nous terminons rapidement de nous changer, impatients de pouvoir les approcher.

Vincent est très enthousiaste et décide d’aller nager avec eux. De mon côté, je ressens plutôt l’envie de les photographier tout en prenant le temps de les observer. Ils sont magnifiques !

A un certain moment, Vincent se retrouve seul dans l’eau, entouré des cinq dauphins qui s’amusent à lui tourner autour. Ils passent si près de lui que Vincent pourrait presque les toucher, mais sans y parvenir tout à fait.
Je prends beaucoup de plaisir à les observer tandis que Vincent vit quasiment l’un des plus beaux moments de sa vie.

Dauphin Nouvelle-Zélande
Dauphins Nouvelle-Zélande

Puis, les dauphins finissent par s’éloigner et Vincent revient sur la plage, heureux d’avoir pu partager un tel moment avec eux.

Nous restons trente bonnes minutes à les observer, tandis qu’ils s’amusent, frappant l’eau de leur queue puissante, et sautant hors de l’océan à plusieurs reprises.
Leur bonheur nous amuse et nous touche à la fois.

Puis, nous décidons d’aller nous balader le long de la plage.
Cette dernière est magnifique et s’étend sur plusieurs centaines de mètres. Le long tapis de sable fin, entrecoupé de superbes rochers, est bordé d’une eau turquoise et transparente.
L’endroit est idyllique. C’est la plus belle plage qu’il nous ait été permis de voir de toute notre vie.

Tutukaka Coast

Nous marchons le long de l’océan et atteignons une belle crique isolée où il n’y a personne. Nous nous y installons tranquillement et profitons pleinement de l’endroit et du moment.
Vincent fait une sieste tandis que je vais dans l’eau transparente. Elle est plutôt fraîche, mais tellement belle que je m’y introduis jusqu’au nombril.
C’est extrêmement agréable de se trouver ici, dans un endroit aussi paisible et paradisiaque. Nous savourons les minutes qui passent, heureux de se trouver là.

Il est 18h00 et, pendant que nous nous détendons, nous pensons à notre famille en France, qui est sur le point de se lever pour aller travailler dans le froid de l’hiver.

Tutukaka Coast
Tutukaka Coast

Puis, après avoir pleinement profité de la plage, nous repartons en contemplant une dernière fois ce paysage à l’allure de carte postale.

Nous roulons durant presque deux-cent kilomètres avant d’atteindre le lieu de notre prochaine escale, à Karikari Bay. Un long chemin gravillonné (que l’on nomme couramment “gravel road” et qu’il est très fréquent de parcourir en Nouvelle-Zélande), nous mène jusqu’à un petit endroit isolé qui donne vue sur une longue plage de sable blanc.

Nous nous y arrêtons, en vue d’y passer la nuit, et allons nous balader.
Nous en profitons alors pour discuter longuement de nos ressentis respectifs qui, au fil de la conversation, finissent par se rejoindre.
Nous sommes désormais en Nouvelle-Zélande depuis une semaine et nous avons encore tous les deux quelques difficultés à nous adapter entièrement à cette nouvelle vie. Cette dernière nous plaît beaucoup mais le changement étant radical, la transition prend un peu de temps. Et, sur le coup, c’est un peu déstabilisant.
Même si nous apprécions énormément les endroits que nous traversons et les moments que nous passons, il y a un encore un petit “quelque chose” qui nous empêche d’être pleinement épanouis. Nous ressentons une certaine nostalgie vis-à-vis de notre “ancienne” vie qui nous bride dans l’engouement lié à cette aventure. Au-delà d’une vie confortable et agréable, ce sont surtout nos deux chats qui nous manquent particulièrement. S’éloigner d’eux pour une durée aussi longue est assez difficile.
Mais, même si nous le savions déjà, cela nous confirme plus encore à quel point Chestak et Anoki font intégralement partie de notre bonheur à tous les deux.

Nous regagnons ensuite la voiture et c’est en pensant à eux, avec tendresse et amour, que nous nous endormons ce soir là.

Et n’hésite pas non plus à nous laisser un petit commentaire 😀

2 réponses
  1. Véro et Gaëtan
    Véro et Gaëtan dit :
    Joli récit entrecoupé de jolies photos ; la baignade avec les dauphins devait être vraiment sympa et surprenante.
    Bises
  2. Angelique
    Angelique dit :
    Vos photos sont vraiment très belles, particulièrement celles avec les animaux. Vos récits me font voyager, quelle découverte ! A travers nos deux aventures, débutés durant la même période, on se rend compte comme le monde et la nature peuvent être différents. L’homme quant à lui malgré les différences de cultures, de couleurs et de générations est si petit face à elle (la nature). Félicitation pour ces partages. Et, je suis bien placée pour savoir à quel point un blog demande du travail. Une très belle continuation dans votre voyage à deux.

    Au plaisir de vous lire et de voir vos visages heureux et épanouis sur vos photos.

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.